Manifeste pour régénérer le mouvement socialiste

Par défaut

10 priorités pour sortir la gauche du marasme

« Dans les démocraties, chaque génération est un peuple nouveau »
Alexis de Tocqueville

PS_Logo-Badge_rose_1Le Parti socialiste se veut être une alternative à la politique injuste et inefficace de l’UMP. Ces derniers mois, cependant que les droites française et européenne savouraient leurs victoires idéologique, culturelle et électorale, les socialistes se sont donnés en spectacle au lieu de se redonner les moyens d’incarner l’alternative que le peuple de gauche espère encore. Puisque « la droite et la gauche, ce n’est pas pareil », la gauche doit retrouver « ses valeurs », avec l’idée socialiste comme figure de proue, à condition que le PS soit encore en mesure de réagir avant que la « déception ne laisse place à l’indifférence ».

Le bon bilan de l’Université d’été de La Rochelle ouvre maintenant une nouvelle ère tournée vers le travail de fond et la redéfinition des règles communes. Nous proposons donc, par ce manifeste, d’imaginer les contours d’un socialisme républicain et écologique au pouvoir pour la société de la prochaine décennie, et pas seulement à l’échelle locale. Afin de sortir le Parti socialiste du marasme, nous suggérons de remettre en cause les « tabous » et « totems » qui tétanisent la pensée socialiste depuis la fin des années 90, l’empêchant de se régénérer autour d’une vision claire, novatrice et décomplexée.

Nous représentons une génération malmenée qui ne veut pas se résigner à « vivre moins bien que la précédente », traumatisée par l’échec du « 21 avril 2002 », qui veut remplacer une gauche inaudible et divisée par une gauche audacieuse et crédible. Martine Aubry a ainsi raison d’affirmer que « l’antisarkozysme ne fait pas un programme politique ». En conséquence, nous souhaitons faire preuve d’imagination politique en nous engageant pour le long terme à prôner scrupuleusement les 10 orientations prioritaires suivantes, sans prétendre à l’exhaustivité.

1 – Rassembler la Gauche et transcender la tentation hégémonique du PS
L’unité des forces de gauche est la mère des batailles. L’Histoire montre qu’il n’existe pas de grandes victoires sociales, électorales et politiques sans l’unité des forces de progrès. La division politique et syndicale à gauche est un poison dont il est prioritaire de trouver l’antidote. Pour cela, dépassons le Parti Socialiste lui-même en appelant à la constitution d’une maison commune la gauche, sans exclusive, en vue de définir un socle politique et programmatique commun et des modalités d’exercice partagé du pouvoir, à tous les échelons institutionnels. Dans le même temps, poursuivons l’objectif d’une grande organisation de la gauche socialiste, écologiste et altermondialiste, à l’échelle nationale et européenne. Unitaires pour dix, les socialistes français doivent multiplier les efforts pour l’établissement d’un cadre de débat et de décision efficace, ouvert sur le mouvement social, la société civile, le monde culturel et intellectuel.

2 – Revigorer la démocratie, les citoyennetés et les contre-pouvoirs
La démocratie est imparfaite, certes, mais elle permet théoriquement un juste exercice du pouvoir politique au service de l’intérêt général, à condition de ne pas être usurpée. Puisque le fondement de la démocratie repose sur l’instruction du peuple10 à travers l’école et l’éducation populaire, la gauche devrait réinvestir le champ de l’éducation, du secteur associatif et du mouvement social en général. En parallèle, repensons en profondeur les modalités de l’exercice démocratique en nous imposant le principe du mandat unique et en généralisant le compte-rendu régulier de mandat selon des critères universels. Pour le futur, en instaurant un statut de l’élu, nous préciserons les règles relatives au cumul et au renouvellement des mandats et favoriserons le développement des nouveaux modes de respiration démocratique à travers la proportionnelle, la participation et le référendum. Pour revigorer la citoyenneté, et notamment panser les plaies du passé colonial de la France, réalisons enfin le droit de vote légitime de tous les étrangers qui vivent et produisent en France.

3 – Mettre la solidarité au cœur du système économique et social
Devenu financiarisé et mondialisé, le capitalisme n’est plus le moteur de l’économie réelle. Mais il n’est pas en déroute non plus. Au contraire, il est parvenu à faire payer ses dettes bancaires à la société et aux collectivités publiques et à dématérialiser petit à petit la production de richesse pour échapper aux contrôles publics. Depuis un siècle, le mouvement socialiste s’oppose au capitalisme car il génère de façon intrinsèque des inégalités économiques et de la violence sociale. Pour demain, la gauche doit remettre la solidarité au cœur du système économique et en faire un pilier des valeurs partagées en société. Instaurons une économie sociale de marché basée sur les trois principes suivants:
– la puissance publique doit garantir à tous les acteurs du marché, les travailleurs comme les entrepreneurs, des outils et des instances de régulation efficace et démocratique du système économique,
– les nouvelles économies dites « sociales » ou « vertes » doivent être encouragées afin de susciter de nouveaux modèles économiques viables qui ne reposent pas sur la loi du profit (banques du temps, entreprises coopératives, etc.),
– l’accompagnement et le soutien des travailleurs et de leurs représentants dans la conquête de nouveaux droits sociaux et démocratiques et la pérennisation des acquis.

4 – Engendrer les conditions d’une égalité républicaine
Comme le dit très bien l’ouvrage « La France en libertés surveillées », « depuis l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy, la France ne souffre pas seulement d’injustice sociale, elle subit aussi un terrible recul des libertés : les droits collectifs et individuels sont un à un remis en cause, les garde-fous républicains, quant à eux, méthodiquement affaiblis ». En parallèle, qu’elles soient sociales, territoriales ou sexuelles, les discriminations sont à l’origine des phénomènes de violences sociales qui marginalisent les plus fragiles et creusent le lit du réflexe fasciste. Afin de s’en prémunir et d’opposer à la droite le projet d’une société de la confiance, les socialistes doivent poursuivre leurs efforts pour garantir les libertés individuelles et en conquérir de nouvelles. Nous estimons que la laïcité demeure un principe républicain inaliénable et un antidote aux communautarismes et à la guerre. Dans la continuité des lois de la gauche sur la parité, les socialistes devraient se montrer plus audacieux sur l’égalité femmes/hommes dans tous les domaines de la vie sociale. Cette réorientation des modalités du vivre-ensemble, sur le long terme, passe nécessairement par l’implication des nouvelles générations.

5 – Réorienter l’Europe en bâtissant un espace de paix économique
Au sortir de la guerre, l’aspiration à une Europe pacifique a posé les bases d’une union des Etats européens. Du projet initial de paix, de prospérité et de démocratie, seul l’objectif d’une union économique est aujourd’hui réalisé, avec pour conséquence que l’idée européenne apparait aujourd’hui galvaudée par les partisans de la concurrence libre et non faussée et que les peuples s’en détournent au risque de voir triompher les replis nationalistes.
Tant qu’une conception nouvelle de la démocratie et de l’intérêt général européens ne trouvera pas les moyens de s’illustrer, le marché occupera tout l’espace vacant et imposera ses intérêts.
Vingt ans après la chute du mur de Berlin, nous aspirons à la construction d’une communauté politique souveraine, garante de la solidarité entre les peuples et du progrès social. Nous devons donc impulser une réorientation profonde de la construction européenne en rupture avec les politiques monétaires et budgétaires actuelles. L’économie doit se mettre au service de l’ambition sociale pour protéger et promouvoir les services publics, élaborer une véritable politique industrielle et d’innovation. L’harmonisation sociale et fiscale sera alors la garantie de la pérennité d’une Europe pacifiée, vecteur de progrès pour l’humanité.

6 – Relever le défi climatique en planifiant le développement durable
La crise écologique et climatique conduit l’humanité dans le mur. Les nouvelles générations en sont de plus en plus conscientes que le capitalisme met les peuples du monde en concurrence vitale. Du coup, « l’opinion » se préoccupe de plus en plus de l’avenir de notre planète, de la qualité des denrées alimentaires, et des déséquilibres Nord/Sud. Pour le futur, c’est grâce à la puissance publique que l’on pourra planifier un développement durable réglementé, financé (contribution énergie-climat) et de service public8. En tant que socialistes, en tant qu’internationalistes, soyons à la pointe de la redéfinition des équilibres Nord-Sud dans la mondialisation, ce qui implique le soutien de l’économie sociale et solidaire par davantage d’incitation publique et la révision des modes de production agricole à l’échelle nationale et européenne, en particulier par le rapprochement entre le « producteur » et le « consommateur », dans une logique de traçabilité, de qualité, et de pérennité. Enfin, prônons l’instauration généralisée de budgets participatifs car ils permettent d’adosser l’action publique à la conscience concitoyenne et contribuent à la valorisation de la politique redistributive.

7 – Revaloriser l’esprit de solidarité et le sens de la redistribution
Les deux classes d’âge les plus fragiles dans la jungle libérale sont les jeunes et les personnes âgées. Les premiers sont victimes des exclusions sociales, ethniques et professionnelles ; les seconds peinent à bénéficier pleinement de la reconnaissance de la société au travers de leur pension de retraite. Pour nous, la lutte efficace contre les inégalités reste la solidarité républicaine, financée par l’impôt et redistribuée par la puissance publique. Réaffirmons-en la primauté et restimulons les politiques sociales axées vers toute la jeunesse et vers le 3ème âge, avec une prévention toute particulière pour nos « ghettos », qu’ils soient ruraux ou urbains. Enfin, revalorisons dans la population l’esprit de solidarité car chaque citoyen doit contribuer socialement et matériellement à la vie en société et le faire en toute connaissance de cause : la généralisation des budgets participatifs est un moyen de populariser l’acte de contribution sociale. De nouveaux indicateurs alternatifs au PIB devraient être instaurés, ils porteraient notamment sur le développement durable, le bien-être des ménages ou la qualité des relations sociales dans le monde du travail.

8 – Restaurer le Service Public populaire et efficace
Les services publics sont les garants de l’égalité républicaine et les piliers du modèle social français. Hérités de l’ambitieux programme du Conseil National de la Résistance, les services publics tissent la cohésion sociale et donnent à la France les moyens de lutter contre les effets néfastes de la mondialisation. Pourtant, après avoir subi les assauts répétés des politiques libérales françaises et européenne, leur efficience et leur proximité ont été considérablement affaiblies. Dans la perspective de l’avènement d’un nouveau modèle de développement, proposons d’inscrire les Services Publics dans la constitution de la République et développons-en de nouveaux, français et européens, sur la base d’une liste actualisée des droits humains fondamentaux dans les domaines sociaux (travail, logement, petite enfance, santé, communication, etc.) et environnementaux (sécurité, énergie, eau, atmosphère, etc.). Cela implique d’ailleurs que si la gauche revenait aux commandes du pays, elle devrait renationaliser… La richesse collective d’un peuple se définirait ainsi par son taux de pénétration sociale du service public.

9 – Changer de République et redéfinir notre rapport au pouvoir
Le système républicain demeure d’une criante actualité car, en instituant l’égalité en droit, il permet de définir les contours d’un système social basé sur la justice, la solidarité et la démocratie. Pour autant, les institutions de la cinquième République ne sont plus adaptées aux récentes évolutions de la société et ses valeurs fondamentales sont bafouées par la droite libérale. Nous proposons de revaloriser les missions de l’Assemblée Nationale pour qu’elle fasse et défasse les lois et pour qu’elle exige des comptes à l’exécutif. Dans le même temps, réformons le Sénat pour qu’il soit à la fois une véritable représentation des collectivités territoriales et pour qu’il représente les forces vives de la nation (associations, syndicats, etc.). Pour l’avenir, mettons en place les modalités démocratiques permettant la constitution d’une sixième République, la vie démocratique française et européenne ne pouvant plus se résumer à des rencontres ponctuelles entre des élus et des électeurs lors de scrutins dont le taux d’abstention est l’ultime vainqueur.

10 – Promouvoir et réglementer la société de la communication
La communication est une arme pour ceux qui savent la manipuler. Mais c’est aussi un droit fondamental pour les citoyens dans un espace public de plus en plus influencé par les médias audiovisuels (Internet, télévision, « smartphones »), ce qui suscite de nouvelles inégalités sociales et culturelles. Pour que les citoyens puissent se sentir libres et indépendants dans la société de l’information, l’instruction médiatique doit complémenter l’instruction civique. Afin que la société de l’information et de la communication ne se fasse pas au détriment des plus faibles, précisons les règles de fonctionnement de l’audiovisuel et de l’Internet, notamment pour limiter les effets du marché, encadrer la communication politique et permettre l’émergence de nouveaux contre-pouvoirs. Réglementons plus durement la publicité, notamment pour protéger les enfants et prémunir les jeunes du matraquage des marques. Enfin, préconisons de légiférer pour préserver, voire favoriser, la pluralité des médias en limitant l’emprise monopolistique du secteur industriel dans l’édition et l’audiovisuel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s