« Il faut que les idées précèdent les ambitions »

Par défaut


Comme le raconte très bien le compte-rendu du Monde sur la convention nationale sur l’égalité réelle, les socialistes ont donné ce week-end « l’image d’un parti apaisé et concentré sur le travail de fond », ce qui n’est pas négligeable (voir mon précédent post). Les serpents qui sifflaient sur nos têtes depuis six semaines se sont – presque – tous tus. Du coup, nous sommes maintenant doté d’un texte pertinent, intelligent et alternatif, renforcé par toute une série d’amendements intégrés et une validation ultra-majoritaire par les militants. Ça c’est fait !

Maintenant, afin d’incarner l’alternative à la droite et non seulement l’alternance, il reste quand même quelques questions à régler :

D’abord, nous devons cesser la polémique sur le calendrier de désignation du candidat de la gauche, en rappelant que l’élection présidentielle se gagne – ou se perd – pendant la campagne et non 18 mois avant : Ségolène Royal était largement favorite lorsqu’elle a été désignée en novembre 2006, ce qui ne l’a pas empêchée de perdre. En 1997, après la glorieuse dissolution de l’assemblée nationale par Chirac, Lionel Jospin avait mené la gauche plurielle à la victoire législative en quelques semaines, grâce un projet ambitieux issu des travaux effectués précédemment en convention et adossées au revendications du mouvement social.

En suite, il faudrait rappeler à tous, y compris les journalistes, que les textes adoptés dans le cadre des différentes conventions thématiques ne sont pas des « programmes ». Ils relèvent de la définition d’objectifs généraux ou d’orientations générales, lesquels devront faire l’objet d’une déclinaison en objectifs opérationnels. Ce n’est que sur cette base que nous en déduirons des plans d’actions financés et, surtout, programmés : c’est qu’on pourra appeler un « programme » électoral. Il est étonnant que certaines éminences de notre parti ne l’aient pas compris ainsi.

Enfin, Martine Aubry a eu raison de rappeler lors de son intervention à la convention nationale que les idées doivent « précéder les ambitions ». En effet, s’il n’est pas illégitime de prétendre aux plus hautes fonctions, il n’en demeure pas moins que nos concitoyens et « les gens de gauche » attendent de notre part la mise en avant de nos idées et de nos priorités pour changer leur quotidien. A l’heure qu’il est, peu importe celui ou celle qui portera nos couleurs à la présidentielle de 2012, tant que ce dernier se préoccupe davantage d’être convaincant auprès des catégories populaires et des classes moyennes plutôt que de vouloir être agréable avec les fameuses agences de notations.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s