Vive la génération RTT !

Par défaut

La récente déclaration de Manuel Valls selon quoi il faudrait « déverrouiller les 35 heures » a suscité une polémique bien légitime. D’autant plus quand on réalise que cette réforme emblématique du Gouvernement Jospin a déjà été maintes fois détricotée, d’abord par la gauche elle-même avec la loi « Aubry 2 » qui en assouplit les dispositions initiales, puis par presque tous les derniers ministres des affaires sociales depuis 2002, notamment Fillon en 2003. Bref, la « sortie » du député-maire d’Evry est plus absurde que réactionnaire, même si elle tire contre notre camp.

Disons un mot sur la forme de la polémique. En s’attaquant à une réforme emblématique de la fin des années 90, conduite par Martine Aubry avec un patronat vent debout contre elle, Valls cherche à ratisser au centre, voire à droite. Il a ici une approche strictement tacticienne qui consiste à fédérer tous ceux qui, dans l’électorat dit « flottant », seraient susceptibles de venir lui apporter leurs suffrages à l’occasion des primaires. Il se constituerait ainsi un bataillon de votants, en dehors de notre électorat traditionnel, auprès de petits entrepreneurs, artisans et autres retraités qui se se laissent bercer par les illusions productivistes de la droite. Valls a donc une vision à court terme car, s’il cherche à faire parler de lui afin de remporter les primaires « au centre », il oublie que la seule stratégie gagnante est celle d’une victoire à l’élection présidentielle, laquelle ne peut s’obtenir qu’en rassemblant toute la gauche au second tour.

Il y a donc une confusion absurde, voire une contradiction, entre les objectifs tactiques de M. Valls et les objectifs stratégiques qui doivent être ceux du PS et de la gauche. En effet, dans un contexte où aux côtés du parti socialiste on ne veut pas signer un blanc-seing au parti dominant, à juste titre d’ailleurs, tous les candidats potentiels aux primaires devraient plutôt donner des garanties de vouloir porter un véritable programme de transformation sociale. Au contraire, en contestant l’intérêt économique et social de la réduction du temps de travail, Valls fait exactement l’inverse. Sa tactique est mortifère et c’est pour cette raison qu’elle a suscité une telle levée de boucliers à gauche… et des éloges à droite. Pas de quoi avancer dans ces primaires la fleur au fusil puisque ce genre de polémique reviendra tôt ou tard, ce qui doit nous inquiéter et nous mobiliser.

Les « 35 heures » sont un acquis social de premier ordre : elles caractérisent la vie au travail de toute une génération qui n’a connu que ce fonctionnement-là, et à laquelle j’appartiens. Benoît Hamon a eu raison de rappeler que cette durée légale du travail est tout aussi primordiale que la cinquième semaine de congés payés. Les RTT dont bénéficient les salariés depuis plus de 10 ans sont la démonstration que la gauche peut encore changer le quotidien de nos concitoyens, même s’ils sont de plus en plus résignés parce qu’empêtrés dans les difficultés de leur quotidien. Concernant les 35 heures, soit on est « pour » parce qu’on en bénéficie et qu’on en fait profiter sa famille, soit on est « contre » parce qu’on considère, à tort, que les travailleurs de France ne sont pas assez compétitifs. De ce faite, on ne peut donc pas être sincèrement dans le camp de la gauche et contester l’intérêt social des 35 heures.

Publicités

2 réflexions sur “Vive la génération RTT !

  1. Parrain

    On voit bien d’ailleurs l’aspect tacticien dans les mots qui suivent sa proposition de « déverrouiller les 35h » lorsqu’il dit : « ceux qui ont la chance d’avoir un emploi ». En culpabilisant les salariés qui ont un emploi, il monte en fait les salariés les uns contre les autres, ce qui a toujours été l’apanage de la réaction.
    Si tous les économistes ne sont pas d’accord sur l’impact des 35h sur l’emploi, il n’en reste pas moins que les salariés qui en bénéficient ont un avis extrêmement positif sur le sujet. C’est donc une avancée sociale majeure qui doit être généralisée, en fonction des branches, de la réalité économique, du type d’entreprise, par la négociation sociale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s