Toulouse : petit décryptage des promesses en l’air du nouveau maire

Par défaut

L’élection de Jean-Luc Moudenc comme maire de Toulouse est une déconvenue importante pour la gauche toulousaine. Même si Pierre Cohen et ses colistier-e-s ont mené une campagne courageuse et loyale, adossée sur un bilan municipal enviable et des propositions sérieuses, force est de constater que la défaite est lourde.

pipeauCe qui me frappe, ce sont les ressorts de la victoire de la droite : une campagne de terrain efficace, certes, une liste plus « diverse » que précédemment, aussi, mais surtout des propositions outrancières et démagogiques. Moudenc est élu sur une série de malentendus, voire de promesses en l’air. Décryptage à chaud.

La 3ème ligne de métro :
La nouvelle majorité municipale ne pourra pas financer cette nouvelle ligne de métro, à moins de privatiser le syndicat des transports et d’augmenter les contributions. Techniquement, un tel projet entre en concurrence avec les autres lignes de transports dont la ligne de tram qui reliera très prochainement l’aéroport de Blagnac.

La 2ème rocade :
Un tel projet n’a pu germer que dans la tête d’une équipe qui n’a que du mépris pour le développement durable. Outre la difficulté à financer et à acquérir les terrains nécessaires à sa construction, une nouvelle autoroute dans les environs de Toulouse va, selon moi, à l’encontre des législations en vigueur dans le domaine de l’aménagement du territoire.

L’annulation du projet d’aire de grand passage des gens du voyage :
Moudenc et consorts en ont fait la promesse orale aux habitants de l’est toulousain : renoncer à réaliser une aire pour les grands passages des gens du voyage à Montredon. Sauf que, d’une part, il faudra bien la prévoir quelque part et que, d’autre part, c’est l’Etat qui supervise cela et la décision me paraît irréversible. Pour la petite histoire : les nuisances supposées d’une telle aire se limitent à la période estivale.

La remise en cause du mariage pour tous :
La droite toulousaine a fait campagne contre le PS en arguant auprès des populations souvent traditionalistes des quartiers populaires que nous devions être sanctionnés pour la loi sur le mariage pour tous. Idem concernant la loi sur la laïcité. Là est le noyau idéologique du nouveau maire de Toulouse : le conservatisme à tous les étages, quitte à flatter les communautaristes. Et puis, il faudra bien que les élus de la majorité respectent la loi en procédant aux mariages homosexuels !

La politique de l’emploi « de proximité » :
Enfin, il se dit que Moudenc et ses colistier-e-s ont distribué les promesses d’embauche dans les milieux les plus modestes : des promesses en forme de boomerang, lesquelles risquent bien d’éloigner pour longtemps nos concitoyens les plus crédules de la pratique démocratique quand ils réaliseront que la politique de l’emploi ne peut se piloter de la sorte depuis le Capitole.

La responsabilité de la gauche toulousaine c’est désormais de préparer 2020, en tirant les enseignements de notre échec de 2014 et en commençant dès maintenant un livre blanc des promesses non tenues par le clan Moudenc.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s